LES ETUDES DE CAS CLINIQUES
Les lundis à Paris
21h00 - 23h00
Comment l’enfant s’approprie son corps ?

Comment s’identifier quand l’Autre est destitué ? Sur quel principe d’identité se repérer avec le petit d’homme quand Lacan passe à l’envers de son propre enseignement ? Jacques-Alain Miller démontre qu’il délaisse alors les trois modes d’identifications freudiennes, et qu’il trouve dans la fonction du rapport au corps propre un autre principe d’identité : « l’idée de soi comme corps » (JAM, cours du 17 janvier 2007). Il ne s’agit plus « d’être identifié », mais bien « d’avoirun corps » et d’en « avoir l’idée ». L’homme a un corps, donc le petit d’homme aussi. Mais comment ce petit d’homme s’approprie-t-il l’idée d’avoir un corps ? Un corps par exemple de grand, ou de trop petit ou de bébé ? Croissance, sexualité, naissance d’un puiné sont souvent à l’origine d’événements de corps qui montrent que cette idée de soi comme corps n’est pas simple chez l’enfant. Nous étudierons cette question en prenant appui sur la variété que nous offre la clinique du petit-enfant.

Yasmine Grasser

Angèle Terrier (CLAP)

Nicolas Jude (CLAP)

Les lundis

21 h - 23 h

9 décembre, 13 janvier , 2 mars, 27 avril , 11 mai, 8 juin

RENSEIGNEMENTS
Yasmine Grasser : yasminegrasser@gmail.com
Angèle Terrier : angeleterrier@gmail.com
Nicolas Jude : jude1@gmail.com
LES ETUDES DE CAS CLINIQUES
Les mardis à Paris
09h30 - 12h30
L’ENFANT OU L’ADOLESCENT ET SES PARENTS • Agalma

« Le sens, il faut le dire, le sens comme ça quand on ne le travaille pas, eh bien,il est opaque » (11 juin 1974)


Sur cette opacité, que Lacan a déjà qualifiée de sexuelle, le praticien orienté par la psychanalyse fait fond. Il prête une attention spéciale à la manière dont chacun.e met en fonction, en jeu, en acte la parole, afin de donner lieu à ce travail singulier, que ce soit dans une consultation unique ou des entretiens préliminaires. Comment passe-t-on, ou non, du mode dela plainte à celui du témoignage ou de la demande ? Sous l’égide du « J’hallucine » autour duquel s’organiseront les contributions théoriques et cliniques cette année, nous focaliserons notre attention sur les voies de passage entre le corps parlé et le corps parlant, voies auxquelles le partenaire symptôme qu’est l’analyste ne saurait être étranger.

Agnès Aflalo

Laure Naveau

Anaëlle Lebovits-Quenehen

Nathalie Georges

Les mardis

9h 30 à 12h 30

2 novembre, 19 décembre, 16 janvier, 13 février, 20 mars, 10 avril, 15 mai, 19 juin 2018

Local de l’ECF
1 rue Huysmans, 75006 Paris
Top